Patrimoine

La mairieConstruite en 1932, au moment où la commune connaissait un boom démographique lié à la construction de l'usine de soie artificielle, la "maison commune" de Saint-Maurice est l'oeuvre de MM. LAMIER et BONNAMOUR, architectes contemporains de Tony GARNIER, qui ont appliqué les mêmes techniques que leur collègue plus connu.

Jusqu'en 1976, le bâtiment accueillait, au rez de chaussée, des classes de l'école élémentaire.

Après la réfection du toit et des façades en 1999 et 2000, restait à revoir l'aménagement intérieur, ainsi qu'à remplacer les fenêtres qui ne fermaient plus. Lancés en 2005, ces travaux se poursuivent encore aujourd'hui, petit à petit.
Tout dernièrement, en 2010, la salle du conseil a trouvé un nouvel aspect.
Notons que l'aménagement intérieur est réalisé par le personnel des services techniques qui a ici l'occasion de prouver tout son talent, à un coût très compétitif.

L'église Saint-Maurice

Eglise du XIIèmeRemarquable édifice typique de la Côtière, située dans le vieux village avec ses murs en galets, l'église Saint-Maurice est propriété de la commune qui en assure l'entretien.

Elle n'est ouverte au culte qu'à titre exceptionnel.

 

 

 

 

 

 

 

Eglise Notre DameL'église Notre-Dame

Située sur la place Charles de Gaulle, cette église récente a été construite dans les années 1970 par l'évêché, qui en est propriétaire.

 

 

 

 

 

Le cimetière

Le cimetièreSitué à flanc de Côtière, le cimetière était sujet à des glissements de terrain.
Un vaste programme de réhabilitation a donc été mis en oeuvre de 2005 à 2008, de manière à ce que la dernière demeure des Mauriciens soit digne de leur vie passée.

La gare

Par son histoire et sa position géographique à proximité de Lyon, Saint-Maurice-de-Beynost est à la fois un lieu de résidence pour certains et un lieu de travail pour d'autres.
Pour leurs trajets, les Mauriciens comme ceux qui viennent y travailler peuvent utiliser soit le train, soit les cars de l'Ain. Une desserte interne à la communauté de communes est également à l'étude.

L'espace gare a fait l'objet d'un aménagement dans le cadre du volet ferroviaire du Contrat de Plan Etat-Région.
Les études et travaux, qui se sont déroulés sur 6 ans, entre 2002 et 2008, ont consisté en l'élargissement des quais pour plus de sécurité, leur allongement afin de pouvoir accueillir une double rame à 2 étages, la création d'une signalétique pour l'annonce des trains, de nouveaux abris de quais avec un distributeur de billets et deux bornes de validation des cartes OùRA, la création d'un parking multimodal (voiture et vélo) d'une cinquantaine de places ainsi qu'un aménagement paysager arboré et un éclairage public aux normes actuelles.

Parallèlement, la desserte de la gare s'est très largement améliorée, s'alignant sur celle de la gare de Miribel, de même que le confort des trains qui rejoignent la gare de la Part-Dieu en 12 à 13 minutes, soit beaucoup moins qu'en voiture, surtout aux heures de pointe !

Autrefois...

La gare vers 1910Au début du XXème siècle, le garde barrière actionnait manuellement les deux barrières pour laisser passer le train à vapeur.

Tous les bâtiments communaux ont fait l'objet de travaux depuis 2000. Il est en effet important pour une commune d'entretenir régulièrement ses bâtiments pour optimiser les dépenses.

Les Services Techniques

Pour l'accueil des services techniques, qui étaient auparavant éparpillés dans plusieurs bâtiments menaçant ruine, la commune a acquis une ferme entre l'usine et le quartier des Brotteaux. Les matériels ont ainsi pu être rangés correctement et le personnel dispose de locaux conformes à ses besoins.

Les Pompiers

La caserne des pompiersSaint Maurice de Beynost dispose d'un centre de premier secours avec une équipe de sapeurs pompiers dynamique qui accueille et forme notamment de nombreux jeunes.
La commune a, de ce fait, réalisé en 2004 une extension du bâtiment des sapeurs-pompiers, afin de les accueillir dans de meilleures conditions.

 

 

 

La salle des Fêtes

La salle des fêtesAprès avoir envisagé la construction d'une nouvelle salle des fêtes, les élus municipaux ont dû choisir une solution moins lourde pour les finances communales. En 2007, a ainsi été réalisée une réhabilitation du bâtiment, du sol (nouveau plancher) au plafond (mise en place de fenêtres de toit et d'extracteurs d'air), sans oublier les murs qui ont reçu un nouveau revêtement avec des panneaux de bois ajourés.
Cela n'a certes pas permis de nouvelles utilisations de la salle, située trop près des habitations, mais a en revanche ravi les utilisateurs habituels.

Haut de page